Écrire un GN à plusieurs : comment ça marche ?

Parce que parfois, on a une idée géniale qui donnera sûrement lieu à un excellent GN. On a envie de mettre tout son petit cœur pour lui donner vie, de l’écriture à l’organisation proprement dite. Et si on y tient, à son idée, on n’a pas forcément envie d’en parler à d’autres, de peur qu’on nous vole l’idée. Mais écrire un GN est une tâche de très grande ampleur…

Alors autant l’accomplir à plusieurs !

Comment en vient-on à écrire à plusieurs ?

Un GN écrit à plusieurs mains, ça peut avoir plusieurs points de départ. L’un des organisateurs peut avoir une idée qu’il tente de mettre seul en pratique avant de se rendre compte que c’est pratiquement impossible (#Vécu). Alors, il en parle à des personnes de son entourage. Et là, c’est l’épiphanie : dans un groupe constitué de personnes faites pour travailler ensemble, les idées fusent et les trous que vous pouviez avoir dans votre jeu se comblent petit à petit.

Et parfois, une idée de GN peut naître dans un groupe d’amis déjà constitué. Ce genre de moment où l’idée semble venir de nulle part, mais qu’elle motive tout le monde. Bon : parfois, elle tombe à l’eau quand on se rend compte quelques jours plus tard que jamais aucune asso n’aura le budget pour recréer un vaisseau spatial ou louer ce château pour reproduire une célèbre école de sorcellerie. Mais quand elle fonctionne, beaucoup de travail et PAF ! Ça fait des chocapics un GN !

~

Comment on trouve des personnes avec qui écrire ?

Déjà vous en conviendrez, on oublie le cas où l’idée d’un GN est venue en groupe. Appelez-moi Captain Obvious !

Résultat de recherche d'images pour "captain obvious"

Si vous avez dans votre entourage proche des personnes avec qui écrire, allez leur en parler ! Il y aura sûrement des gens qui sont dotés du même esprit tordu que vous et avec qui le jeu que vous projetez de mettre en place peut coller. Et même si vous ne pensez pas à certaines personnes de prime abord, il se peut qu’elles soient intéressées, voire qu’elles se montrent pleines de ressources et de bonnes idées.

Si vous débutez le GN et n’avez pas encore de cercle proche pratiquant notre loisir favori… peut-être avez-vous rencontré durant vos jeux des personnes avec qui le feeling était bien passé. Pourquoi ne pas les recontacter ?

Après, faites attention à une chose : les personnes avec lesquelles le courant passe bien dans les moments de détente ne sont pas forcément les meilleures avec lesquelles travailler sur un long projet ! Faites bien attention, car de la rétention d’idées, d’infos et du travail en solo ne fera pas avancer votre projet, bien au contraire

~

Plus d’idées, mais attention à ne pas s’éparpiller !

 

Sûr, qu’il y a plus d’idées dans plusieurs tête que dans une seule. Mais travailler en groupe présente quelques risques pour la productivité, mais aussi pour l’organisation. Travailler à plusieurs, c’est aussi prendre le risque que les réunions destinées à avancer sur le jeu dévient vers un moment entre amis de détente total.

Si certains de vos co-orgas sont comme ce chiot : focus !

Alors pour éviter ça, on met en place un ordre du jour, on se réserve une partie de la matinée/après-midi/soirée/nuit* pour les conversations sans rapport avec le jeu en tant que tel. En bref, privilégiez l’efficacité et fixez à chacun des missions précises d’une réunion à l’autre. Bien se répartir le travail, c’est la clé !

*Incluez ici la période de la journée souhaitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*