Astuces pour ne pas se perdre dans l’écriture d’un GN

Ou d’une murder-party, ne soyons pas fermés. L’écriture d’un GN, c’est génial et prenant. On s’immerge dans l’écriture jusqu’au cou – voire parfois plus – et on accumule le contenu. Laisser libre court à son imagination, c’est pas mal quand on écrit. Mais c’est aussi risqué. Le risque ? S’y perdre dans ce qu’on a écrit et perdre la cohérence du récit.

Heureusement qu’il existe quelques astuces pour vous aider à y voir plus clair !

Au carré !

Écrire pour un GN, ça demande de l’organisation, mine de rien. Ouais, il faut de l’organisation pour être organisateur*. On a beau posséder tout le potentiel créatif et toute la fougue offerte par la motivation, difficile de produire un contenu correct si la rigueur n’est pas de mise. Sauf si vous êtes un super Saiyan, c’est une mission vraiment, vraiment ardue à accomplir.

Alors l’une des astuces, quand on commence à écrire le contenu d’un GN, c’est de se créer un plan d’action. Pas forcément pour vous fixer un calendrier, même si cela peut aussi être utile dans ce cas de figure, mais surtout pour définir une manière de travailler qui vous est propre.

Clique sur l’image pour voir l’article !

Et surtout si vous bossez en équipe pour l’écriture d’un GN, mettez-vous au diapason pour être sûr de ne rien mélanger et d’être sur la même longueur d’ondes dans votre rédaction !

˜

 Soyez visuel

Bénéficier d’une vue d’ensemble de son travail, c’est capital et c’est même l’une des astuces à utiliser absolument selon moi. Quelques éléments sont donc à privilégier absolument lorsqu’on veut absolument éviter d’oublier la moitié des personnages ou des secrets de l’intrigue en cours de route :

  • une timeline ;
  • une liste des personnages avec leurs principaux secrets et dans l’idéal les liens qui les lient avec les autres protagonistes ;
  • les grandes lignes de l’intrigue ;
  • ainsi que tout ce qui vous semblera important pour préparer sereinement votre GN ou votre murder-party.

Le must, c’est de dédier un espace mural (si on en a la possibilité) à cette fresque de papier qui deviendra petit à petit le jeu que vous aimez d’amour. Si si. Au final, il ressemblera à ces tableaux pleins de fils qu’on peut voir dans certaines séries policières, pour votre plus grand bonheur !

Et si de nouvelles idées vous viennent alors, que faire ? Cela dépend de votre manière de travailler habituelle. Un carnet qui ne vous quitte pas, ou alors un post-it, bien pratique lorsqu’il s’agira de le coller à l’endroit idoine sur votre organigramme. Alors, y’a des astuces ou y’en a pas ?

Exactement ça.

Impossible de parler d’organisation de GN sans évoquer la star dont je suis une fan inconditionnelle, vous avez dû vous en apercevoir : la liste. Personnages, déroulement des grandes étapes du jeu ou encore indices à dévoiler et dans quel ordre, il y a toujours une bonne raison de faire une liste !

˜

Faites le point… et ne le faites pas seul !

Je suis bien placée pour le savoir, difficile d’avoir une vision d’ensemble sur l’avancée et la cohérence de son projet sans prendre suffisamment de recul. Il ne faut pas hésiter à confier son texte à un regard extérieur pour obtenir un point de vue frais, du genre qui n’a pas passé des jours et des nuits à tapoter sur son clavier et à ressasser cette fichue intrigue durant des semaines.

Et si vous craignez de spoiler un potentiel futur joueur en lui faisant lire votre texte, eh bien faites appel à des personnes extérieures au monde du GN. Sans aucun doute, il s »agit de la plus simple des astuces. Mais quitte à enfoncer des portes ouvertes, autant le faire franchement, non ?

En bref, un autre regard, qu’il s’agisse de celui d’un membre de votre équipe d’organisation, d’un collègue de travail ou de celui ou celle qui partage votre vie, c’est IN-DIS-PEN-SABLE.

En bref

Quelle que soit les astuces que vous employez, il est essentiel que votre méthode vous corresponde et soit suffisamment élaborée et adaptée à votre projet pour vous aider à vous y retrouver dans votre histoire. Car il n’y a rien de pire dans le processus d’écriture que d’avoir l’impression de tourner en rond… A bon entendeur !

*Tout est lié ! C’est un complot. Ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*