[Créature] Le zombie

Il pue Son hygiène laisse à désirer, est lent et pas franchement malin. Ils ne pensent qu’à manger, poussent des râles gutturaux lorsqu’ils semblent vouloir dire quelque chose. Non, on ne parle pas du cliché du gniste fatigué après un jeu éreintant ni même de l’adolescent. Mais d’une créature qui ne voit en vous qu’un cerveau. Malheureusement, ce n’est qu’à l’organe, pas à ce qu’il y a dedans. Bon, vous l’aurez compris, focus sur…

Le zombie

#Dans l’histoire les mythes

Le terme zombie provient du mot créole haïtien zonbi signifiant « esprit » utilisé pour désigner des personnes victimes de sortilèges vaudous permettant de ramener les morts à la vie. Il peut également servir à désigner des dieux de tribus africaines.

Au Moyen Âge, le revenant en tant qu’esprit et le zombie comme corps animé d’un semblant de vie étaient mêlés et les esprits errants avaient souvent la forme d’un cadavre putréfié sorti de sa tombe. Pas très glamour ni très ragoûtant, faut l’avouer.

Au XIVe siècle, le zombie s’invite dans l’art à travers les danses macabres réalisées pour exorciser le carnage de la Grande Peste. On les retrouve également la figure du mort-vivant dans les contes ou la peinture plus tardive. Bien souvent, les tableaux ont été réalisés dans une vision édifiante. Faut dire que leur montrer ce qui risque de leur arriver s’ils s’accrochent à leurs possessions terrestres au détriment de leur vie spirituelle, ça n’a rien de très réjouissant.

#Dans la culture populaire

On peut évoquer la littérature pour le côté « classique » de la force : Mary Shelley avec son Frankenstein, Lovecraft et son Herbert West : réanimateur ou Je suis une légende de Richard Matheson. On peut aussi penser à Max Brooks et son Guide de survie en territoire zombie qui pourrait bien nous tirer d’un mauvais pas un jour, si les morts décidaient de redevenir vivants.

Et que dire des films et des séries télé mettant en scène de valeureux (ou pas forcément) héros luttant pour survivre dans un monde qui n’est plus « vraiment » (non, sérieux ?!) le même que celui qu’ils ont connu. Parfois, y’a de l’humour. D’autres fois, ça fait relativiser sur les grandes idées humanistes en temps de bordel généralisé. En vrac, on peut citer The Walking dead, Shaun of the dead, 28 jours plus tard, Dawn of the Dead

#Et en GN ?

En GN, le « personnage » du zombie sera souvent un PNJ. Il est l’élément (souvent) incontournable d’un GN post-apocalyptique, mais on peut aussi le retrouver à la botte d’un nécromancien dans un jeu médiéval fantasy. En bref, les décérébrés peuvent être partout.

Comment jouer un zombie ? C’est très simple !

  • Traînez la patte (ainsi que tout le reste) ;
  • Gardez l’œil aussi vide que si vous végétiez devant Les Anges à St-Tropez ;
  • Le costume sera destroy. Pour peu, on vous prendrait pour un amateur de grunge ;
  • Les grognements seront de rigueur pour toute expression. Pour vous aider, pensez à la dernière anesthésie chez votre dentiste ;
  • Si vous voyez quelqu’un bouger plus vite qu’une vieille personne, elle sera votre cible.

#En bref

Le zombie est une figure incontournable de la culture populaire. Difficile de ne pas les croiser, et le GN ne fait pas exception. Et si vous voulez tenter de déambuler en grognant, rejoignez donc l’une des zombies walk organisées régulièrement en France et ailleurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*