Les clichés en GN : les éviter ou jouer avec ?

En GN, les clichés peuvent être partout. Et comme les trains, on pourrait même dire qu’un cliché peut en cacher un autre. Parfois, c’est juste énervant : le genre qui donne envie de se passer les nerfs sur quelqu’un ou quelque chose avec une ponceuse électrique. À d’autres moments, ça prête juste à sourire, sans plus. Mais nous sommes d’accord, la problématique demeure. Quoi qu’on en pense, les clichés, ils s’en foutent. Mais peut-être peut-on se demander…

S’il n’est pas possible d’en faire quelque chose, de ces clichés !

D’abord, c’est quoi un cliché ?

Et surtout, sont-ils tous forcément mauvais ? Un cliché, c’est un stéréotype, une idée reçue beaucoup trop réutilisée dans un contexte donnée. Parfois la première chose à laquelle on pense sur une thématique. Quelques exemples :

  • Les nains ne font que râler
  • Les elfes sont tous des crétins finis
  • Les pirates ne savent pas vivre sans un minimum d’alcool dans le sang,
  • Les assassins sont tous entièrement vêtus de noir.

Oui, il existe des clichés énervants et qui méritent qu’on leur torde le cou, plutôt deux fois qu’une. Mais on peut aussi distinguer les bons clichés des mauvais clichés, c’est pas interdit. C’est un peu comme les chasseurs.

Les clichés, c'est comme pour les chasseurs.
C’est pareil pour les clichés. Tu vois le lien ou pas ?

~

Une délicate alchimie…

Rien ne vous empêche de jouer avec les clichés en GN. Bien utilisés, ils seront autant de clins d’œil humoristiques qui feront rire les joueurs et leur donneront de bons souvenirs. Mais pour ça, encore faut-il qu’ils soient fort à propos, dans la thématique et placés au bon moment. Alors, on les évite dans une scène où le bleed est fort, y’a rien de pire qu’un cliché qui vient vous casser votre scène d’anthologie. RIEN.

énervement cliché
Quand tu vois un cliché « légèrement » mal placé.

En tant que joueur, rien ne vous empêche d’essayer de construire un roleplay – si vous en avez la possibilité – qui prend ledit cliché comme point de départ. Le must serait bien entendu de pouvoir le dépasser, voire l’utiliser sciemment comme élément de jeu. Par exemple ? Jouer l’un de nos amis courts sur pattes nains et utiliser ses ronchonneries comme un tic qu’il doit éradiquer. Je laisse ça là, à vous d’emprunter et de développer l’idée !

~

Vers les clichés… et au-delà !

C’est bien beau de râler sur les clichés, mais je reste convaincue qu’on peut les utiliser pour en faire quelque chose de drôle. L’humour est souvent un bon moyen de les détourner et d’en faire quelque chose que l’on retiendra pour de bonnes raisons. S’ils sont difficiles à éviter dans un GN, les clichés restent toutefois plutôt faciles à détourner. Y’a moyen de bien s’amuser avec, il suffit, comme d’hab’, d’un peu d’imagination !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*