Ces petits plaisirs réservés exclusivement aux Gnistes

Dans la vie, les petits plaisirs sont importants. J’en suis bien consciente, faire du GN est déjà un plaisir en soi. Mais les plus optimistes – dont je fais parfois partie – peut encore aller plus loin. De la préparation au retour à la vie réelle en passant par le jeu en lui-même, il y a une nuée de petits moments que seuls peuvent apprécier les gnistes.

Retour sur ces petits plaisirs réservés aux Gnistes !

La découverte du personnage

Bien entendu, on ne parlera ici que des GN dont les fiches sont concoctées avec soin et sadisme par les organisateurs pour votre plus fol amusement. À chaque fois, c’est comme une surprise* et la découvrir est toujours un moment que j’aime particulièrement. Savoir quels défis seront à relever, ce qu’il va falloir incarner et jouer, le type de personnage auquel on sera confronté…

Découvert Travolta
Quand tu découvres la fiche d’un personnage tant attendu.

Même s’il arrive par la suite qu’on soit déçu par le personnage que l’on doit incarner, il y a toujours ce petit moment d’excitation lors de la découverte. Ne niez pas, je vous vois !

*bonne ou mauvaise, c’est selon.

~

L’excitation pré-GN

À mesure que les jours restant avant le GN défilent, on sent monter cette impatience. Alors on s’occupe comme on peu. On vérifie les armes, le costume, on fait les courses de dernière minute, on fait ses valises… On discute avec sa compagnie, on échaffaude des théories sur le scénario, on prévoit des règlements de compte à grands coups d’épée à l’amiable… Bref, on organise le jeu !

Puis vient le moment de prendre la route. Cette fois, ça y est. On va en GN ! Toujours cette sensation de légèreté à cette idée. Après, je sais pas pour vous…

~

La déconnexion totale

Et on a bien dit, TOTALE. Pas de téléphone ni de nouvelles du monde extérieur. Sauf en cas de guerre nucléaire, on aura tout le temps de se remettre à jour après le GN. On ne pense pas à la vie quotidienne, on a même le luxe de repousser les soucis au (sur)lendemain. Sans aucun scrupule. Parce qu’après tout, c’est GN, on n’a pas le temps pour ça !

~

Se laisser dépasser

Si avant le GN on échafaude des plans*, on se laisse forcément prendre par le scénario et ses turpitudes. On court à droite et à gauche, on ne dort presque pas et on boit beaucoup. Et se laisser porter par l’histoire, voire se faire retourner le cerveau, c’est sans doute pour moi le plus grand des petits plaisirs réservés au Gniste.

*si vous ne savez pas de quoi on parle, consultez pour Alzheimer puis retournez voir les sujets plus haut.

~

Le repos du guerrier

Rentrer chez soi après plusieurs jours à la dure sans beaucoup ni bien dormir. Rentrer, laisser toutes ses affaires en plan pour filer sous la douche/dans le bain. Puis se précipiter dans un coin bien moelleux et paresser quelques heures en tenue de compétition. C’est une sorte de parenthèse entre les émotions et le train d’enfer du GN et celui de la vie quotidienne et du GN blues.

L'art de la flemme
EXACTEMENT le genre de cette tenue. Vous avez toutefois le droit de préférer des petits ours ou une licorne.

~

L’ambiance si particulière des GN

Ce n’est peut-être pas le monde des bisounours, mais des personnes d’horizons parfois très différent qui se côtoient, s’amusent, s’entraident et se mettent sur la tronche, c’est plutôt cool.

~

Raconter le GN

Encore… et encore… et encore… Pour devenir les vieux radoteurs que l’on connaît tous et qui parfois peuvent énerver.

En espérant que vous vous soyez reconnus dans ces quelques points… Et vous, quels sont les vôtres, de petits plaisirs de gnistes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*