Incarner un PNJ : mode d’emploi

illu-secret

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous connaissez mon attrait inconditionnel – soyons fous, parlons d’amour – pour les rôles de PNJ. J’ai déjà défini ce que pouvait bien être ce genre de personnage un peu particulier. Mais je n’avais encore rien dit à propos de la manière de l’incarner. C’est vrai quoi, on ne joue pas un PNJ comme n’importe quel autre personnage !

Voici comment faire

Pour mémoire…

Un PNJ est une espèce hybride, entre le joueur de base (oui, le terme est choisi exprès pour vous embêter) et l’organisateur tout puissant. Ce qui signifie qu’il peut disposer d’une liberté d’action, mais qu’il est dans une certaine mesure scénarisé et qu’il connaît une partie du scénario. Une partie hein ! Inutile de l’enlever, le séquestrer et le torturer pour lui faire avouer la fin de l’histoire.

Maintenant que les bases sont rappelées, passons au cœur du sujet.

Connaître le type de PNJ dont il s’agit

Un peu en mode « connais-toi toi-même » socratique. Plus sérieusement, il s’agit de savoir si votre PNJ est plutôt axé combat, commerce, monstre… Il arrive que des GN vous proposent des places de PNJ multi-rôles ou de la simple piétaille, tandis que d’autres vous confieront des rôles plus complexes.

incompréhension
Devant un BG pour le moins complexe

Vous le voyez venir mon conseil ? C’est d’abord à vous de savoir ce que vous souhaitez jouer. Parfois, on a envie de jouer simplement pour taper, troller les joueurs ou au contraire pour n’être que roleplay pendant deux jours. Les orgas ne vous mettront pas le couteau sous la gorge pour que vous jouiez un personnage de m0b si votre plus grand rêve est de jouer l’alchimiste du jeu… si le personnage est encore disponible bien sûr. S’il ne l’est plus… Fallait vous y prendre avant !

BG ou pas BG ?

Autre question à se poser : à quel point votre personnage est-il scénarisé ? Il peut arriver qu’un PNJ ne dispose que de quelques indications à propos de son histoire et de son caractère. Si cela reste dans les limites de la cohérence et que les organisateurs vous donnent leur feu vert, faites-vous plaisir !

Et si votre personnage possède une fiche assez robuste, à vous de les faire vôtres. En relisant toutes les indications disponibles, en réfléchissant à la meilleure incarnation possible de ces traits de caractère vis à vis de votre propre personnalité. Il est à peu près possible de tout incarner en GN. Faites-moi confiance.

Les détails, c’est important !

S’il peut arriver que vous puissiez concevoir vous-même l’apparence de votre personnage, il est aussi possible que votre fiche de personnage indique quelques accessoires indispensables à employer. Quittez immédiatement cet air lubrique, je vous entends penser !

Cela peut paraître bête, mais porter une attention conséquente aux détails de son personnage pourrait bien aider à se projeter dedans. Si vous avez déjà quelques gnistes derrière vous, vous savez à quel point essayer son costume en entier aide à se préparer psychologiquement au GN. Pour ce qui est de diminuer l’excitation de l’attente, c’est autre chose par contre.

impatience pour jouer un PNJ
Quand j’essaie mon costume pour la cinquième fois de la semaine précédant le GN. Et qu’il faut encore attendre.

Vilaines, vilaines idées reçues

À ceux qui croiraient que parce qu’on joue un PNJ, aucun investissement n’est à prévoir, je vous répond tout net. C’est faux. Un personnage non joueur participe à l’ambiance d’un GN. C’est en partie grâce à lui que les autres joueurs peuvent se sentir dans un autre univers le temps du jeu. Qu’ils peuvent vivre des moments inoubliables, qu’ils peuvent faire des choses qu’ils ne feraient pas ailleurs.

Cet investissement passe par le décor de votre antre (si vous en disposez), par votre manière d’être et votre roleplay et votre apparence. Eh oui, ça compte aussi parfois.

 

Image annonce tipeee

3 commentaires à propos de “Incarner un PNJ : mode d’emploi”

  1. Intéressant, mais où sont les conseils des choses à éviter ?
    – ne pas prendre trop d’initiatives non plus, c’est un pnj pas un pj, non ton pnj puissant ne peut pas aller faire le scnénar à la place des joueurs
    – ne pas aller à l’encontre des décisions des orgas, « non mais je trouvais que ça ne collait pas à mon chasseur de tuer des animaux… »
    – accepter de mourrir, ça risque d’arriver souvent
    – ne pas oublier de lire le background du monde … « comment ça je peux utiliser un tromblon à la préhistoire »
    – rester dans son coin, en attendant qu’on vienne te chercher ça ne marche pas.

    Tips
    – communiquer avec les orgas, vous êtes leurs yeux et leurs oreilles, vous formez une équipe contrairement aux joueurs.

  2. Rétroliens : L'organisateur, cette étrangeté - Boîte à GNBoîte à GN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*